Commerce de détail vs commerce électronique : quelle est la situation actuelle en Europe ?

Ces dernières années, l’un des sujets dont on a le plus parlé en termes de consommation et de ventes a été ce que l’on appelle déjà l’apocalypse du commerce de détail. La distribution traditionnelle est en crise, parce que les grands centres commerciaux de la périphérie ont perdu de leur éclat et parce que les consommateurs veulent acheter autrement, tout en étant confrontés à la pression et à la concurrence du commerce électronique.

Commerce de détail vs commerce électronique

Les données et les études sur la question proviennent généralement des États-Unis, où les entreprises axées sur les centres commerciaux sont devenues la cible des fonds vautours et où les grandes chaînes tentent de se réinventer.

Mais que se passe-t-il en Europe et plus particulièrement en Espagne ? Dans certaines villes, la presse locale ne cesse de commenter les projets de développement et d’ouverture de nouveaux centres commerciaux qui toucheront, c’est promis, de nombreux consommateurs : s’agit-il d’un chant du cygne de l’ancien centre commercial ou l’Europe est-elle une exception à ce qui se passe de manière plus globale ?

En fait, les histoires sur l’apocalypse du centre commercial viennent aussi du Royaume-Uni, beaucoup plus près. D’une certaine manière, il faut souligner que la conception des centres commerciaux en Europe continentale, où ils sont des espaces de magasins et de loisirs, s’inscrit déjà dans ce que les Etats-Unis tentent de faire maintenant pour récupérer l’espace.

Les indicateurs indiquent déjà que la crise des centres commerciaux est déjà en Europe et les mouvements des géants du marché, comme le montre l’ouverture de magasins plus petits dans les centres-villes, indiquent également une préparation à la survie.

Mais que disent les chiffres ?

Le commerce de détail en général ne connaît pas une croissance aussi forte
Les dernières données européennes sur les ventes au détail montrent clairement que les choses sont quelque peu compliquées. Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne, vient de publier les chiffres du volume des ventes au détail pour décembre et les données ne sont pas particulièrement positives.

Bien que décembre soit le « grand » mois de la campagne de Noël, le volume des échanges commerciaux a diminué de 1,6% dans la zone euro (1,4% dans l’UE28) par rapport au mois précédent, novembre. En novembre, les chiffres s’étaient légèrement améliorés avec une hausse de 0,8 % dans la zone euro inter-mensuelle.

Si l’on compare les données du commerce de détail en Europe d’une année sur l’autre, les chiffres de décembre 2018 sont supérieurs de 0,8 % à ceux de 2017 dans la zone euro. Sur l’ensemble de l’année, le commerce de détail dans la zone euro s’est amélioré de 1,4 % en 2018 par rapport aux données qui clôturaient 2017.

Les données sont bien meilleures qu’au cours des années de la crise économique, lorsque les ventes étaient au minimum par rapport à la situation actuelle, mais montrent quand même une tendance intéressante. En Espagne, le commerce de détail est en baisse. En décembre, il a enregistré un taux inter-mensuel de -1,2, alors qu’il avait augmenté de 0,5 en novembre et de 1,3 en octobre.

Mais face à ce commerce électronique

Ce qui est intéressant, c’est que si le commerce de détail est dans une donnée qui montre une certaine tendance à la stagnation, le commerce électronique en est très loin. Les données sont de plus en plus meilleures dans le commerce électronique et, en fait, les ventes réalisées sur l’Internet (auxquelles Eurostat ajoute également celles du courrier) ont été bien supérieures aux ventes traditionnelles.

La croissance des achats en ligne en volume est déjà de 12 % en glissement annuel dans l’Union européenne et de 10 % dans la zone euro, ce qui représente une hausse en 2018 par rapport à 2017. Alors que le commerce de détail a connu une croissance lente de 2 à 3 % depuis 2014, au cours de la dernière décennie, comme le montrent les statistiques, les ventes en ligne n’ont pas augmenté de moins de 9 %. En d’autres termes, ils ont toujours eu des données de croissance beaucoup plus larges.

En outre, certains marchés européens se situent bien au-dessus de la moyenne européenne. Par exemple, l’Estonie affiche un taux de croissance de 36%, largement supérieur au taux de croissance de l’UE.

L’Espagne est l’un de ces pays où le commerce électronique connaît une croissance supérieure à la moyenne. En Espagne, la croissance d’une année sur l’autre est de 17%, égale à celle des Pays-Bas et supérieure à celle de marchés comme le Royaume-Uni, la Suède, la France ou l’Allemagne.

Noter cet article