C’est quoi un harceleur ? Signification de stalkear

La technologie nous apporte une aide inestimable de nos jours, ce fait est incontestable, mais il y a des situations qui découlent de son utilisation, surtout en ce qui concerne la vie privée et sa relation avec les réseaux sociaux.

En ce sens, beaucoup d’entre nous ont sûrement entendu les termes « Stalker » et « Stalkear », mots toujours liés à l’invasion de l’intimité, mais nous ne savons pas quelle est la véritable portée de leur signification.

Si vous voulez en savoir plus sur ce phénomène, en plus d’obtenir des conseils pour ne pas être victime de ce type d’utilisateurs, tout ce que vous avez à faire est de continuer à lire l’article.

C’est quoi Stalkear ?

Le mot « Stalkeo », ou action de « Stalkear », des mots qui proviennent de la déformation du terme anglais « Stalker », dont le sens le plus proche est harceleur ou harceleur, et se réfère à la pratique de surveiller par les réseaux sociaux, principalement Facebook et Twitter, les mouvements d’un autre utilisateur, utilisant à cette fin certains trucs tels que l’accès au service où la personne à espionner poste, mais avec d’autres informations d’identification, par exemple avec un nom d’utilisateur.

On peut donc dire qu’un « harceleur » est un utilisateur qui utilise les réseaux sociaux pour espionner ou surveiller d’autres personnes en utilisant l’anonymat relatif offert par l’Internet.

L’une des principales caractéristiques d’un harceleur ou un harceleur est qu’ils prennent souvent leur activité d’intimidation à l’extrême, c’est-à-dire qu’ils finissent par agir de façon obsessionnelle, ce qui amène la victime de harcèlement à venir à savoir ce qui se passe, et donc commencer à se sentir mal à l’aise, et même peur.

En ce sens, nous devons faire la différence entre le harceleur qui reste anonyme, c’est-à-dire celui qui examine constamment les publications que sa victime fait dans les réseaux sociaux, mais sans que la victime soit au courant de ce qui se passe, et celui qui traverse cette limite.

Dans certains cas, le satlkeo peut devenir chez certaines personnes un trouble compulsif et obsessionnel qui peut conduire à un harcèlement qui cesse d’être virtuel pour passer à la vie réelle, c’est-à-dire que le harceleur ne se contente plus de rester dans l’ombre de l’anonymat et considère qu’il doit interagir avec la personne qui est l’objet du harcèlement.

De cette façon, le satlker peut commencer à harceler sa victime avec des commentaires dans chacune de ses publications, qui peuvent même devenir agressifs et violents avec le temps. Mais même le harceleur peut recourir à la traque d’une manière réelle, et donc exercer une influence indésirable sur la vie du harceleur.

C’est à ce moment que la victime est susceptible de commencer à craindre, comme elle commence à considérer les possibilités que son harceleur pourrait lui causer une sorte de préjudice physique. C’est pourquoi nous devons toujours tenir compte de la manière d’agir dans les situations de cyberintimidation ou de harcèlement criminel, pour éviter qu’il ne s’agisse d’un véritable harcèlement criminel.

Il convient de noter qu’en général, dans le harcèlement criminel, les harceleurs utilisent souvent des plateformes comme les réseaux sociaux et le courriel pour réaliser leurs plans, harcelant leurs victimes jusqu’à ce qu’ils atteignent leur mission.

Nous sommes tous des harceleurs.

Bien sûr, les motivations que l’utilisateur peut avoir à commencer par cette pratique sont nombreuses, et elles n’ont pas toujours de mauvaises intentions. Un harceleur peut chercher à humilier sa victime devant les autres, un cas qui se produit souvent entre ex-partenaires.

Lorsque c’est la fin que le harceleur poursuit, généralement à un certain moment, il quittera l’anonymat et commencera à attaquer sa victime avec des méthodes différentes. Fondamentalement, une personne peut traquer son ex-partenaire sur les réseaux sociaux en publiant des informations privées, des photos très personnelles et peut même prendre l’identité de la victime pour lui nuire.

Cependant, malgré la signification forte du terme et sa portée, un utilisateur peut être considéré comme un « harceleur » sans vraiment être un harceleur, car ce terme est également utilisé dans les réseaux sociaux pour nommer de nombreux autres types d’espions et de personnes curieuses.

De ceux qui veulent seulement savoir ce que leur ex-petit ami ou ex-petite amie est à l’harceleur direct, il ya un large éventail de possibilités dans l’activité de harcèlement criminel, et bien que le terme est utilisé pour toutes ces situations, il ne devient un crime que lorsque le harcèlement systématique a lieu et finit par faire du tort réel à la victime.

Pouvons-nous dire que nous sommes tous des harceleurs ? Avons-nous déjà été des harceleurs dans notre vie ? La réponse à ces questions est que nous avons sûrement déjà harcelé quelqu’un.

La vérité est qu’il est plus que probable qu’à un moment de notre vie de membres d’un réseau social, nous ayons passé en revue les mouvements d’un autre utilisateur afin d’en apprendre un peu plus sur sa vie présente ou passée grâce aux photos et publications affichées sur le service.

Cependant, il est important de préciser que cela ne fait pas de nous des harceleurs, puisque cette action est actuellement considérée comme quelque chose de « normal », et même les entreprises utilisent cette ressource comme quelque chose de quotidien pour traiter une demande d’emploi.

Eh bien, il est important de préciser que même si nous pouvons tous être considérés comme des harceleurs, puisque nous avons déjà passé du temps à espionner les activités en ligne d’une autre personne, la vérité est que la cyberintimidation est considérée comme un crime lorsqu’une personne utilise Internet pour causer un préjudice direct à une autre personne.

Un exemple clair de cyberintimidation se produit lorsqu’un harceleur atteint le point de créer un site Web ou un profil sur un réseau social avec le nom de la victime, car dans ce cas, il s’agit de vol d’identité.

Gardons à l’esprit que ceux qui se proposent de stalkearnos, grâce à l’Internet aujourd’hui peut accéder à toutes sortes d’informations personnelles. Grâce aux réseaux sociaux, le harceleur peut connaître non seulement notre nom et nos goûts, mais aussi notre date de naissance, notre routine et même notre adresse et numéro de téléphone.

Les dangers de Stalkear

Comme nous l’avons vu, le « Stalkeo » peut devenir un véritable crime, car il y a parfois des harceleurs qui ne s’arrêtent pas à savoir ce que font les autres utilisateurs pour le simple fait de savoir ce qu’ils font, mais ils peuvent devenir très dangereux.

Dans ce cas, ce sont des harceleurs qui utilisent cette technique pour obtenir de l’information et pour élaborer toutes sortes d’activités, comme la création de faux profils pour discréditer certains utilisateurs ou le vol d’identité, parmi bien d’autres activités illégales.

Parfois, ce type de harceleurs peut devenir dangereux, de sorte que ceux qui sont victimes est extrêmement important que dans la certitude d’être harcelés, par exemple dans le cas où vous avez été victime d’un vol d’identité, immédiatement le rapport pertinent doit être fait afin que la justice agisse avant qu’il soit trop tard.

Cependant, il y a un autre côté de la médaille, et c’est dans les cas où nous devenons des harceleurs temporaires et anonymes de revoir fréquemment ce qu’est la vie de notre ex par exemple.

Cela comporte également certains dangers, quoique moins dangereux, bien sûr. Par exemple, c’est quelque chose qui arrive fréquemment aux personnes qui ont traqué leur ex sur les réseaux sociaux à cause de l’anonymat, et qui espionnent ainsi leurs photos et publications, qui à un moment donné cliquent par erreur sur l’icône du « j’aime » dans une des publications qu’il fouine.

Mais en plus, il faut toujours garder à l’esprit qu’en traquant son ex, on peut trouver des choses qui nous déplaisent ou qui nous conduisent à être de mauvaise humeur, comme de voir qu’il nous a complètement oublié.

Quelque chose de pire peut arriver lorsque nous avons traqué le téléphone cellulaire de notre partenaire, par exemple en vérifiant les messages WhatsApp. Gardons à l’esprit qu’on peut y trouver des situations que notre couple a gardées secrètes, voire une tromperie amoureuse dont nous sommes victimes.

Face à cela, il ne reste plus qu’à se poser la question : est-il préférable de continuer à ignorer ce type de situation, ou vaut-il mieux connaître la vérité pour pouvoir agir en conséquence ? La réponse est unique à chaque personne.

Comment éviter d’être victime d’un harceleur ?

Beaucoup de gens croient que seules les personnes célèbres peuvent souffrir de ce type de harcèlement appelé harcèlement criminel. Toutefois, comme nous l’avons vu, tout utilisateur commun peut également être victime d’un harceleur, principalement en raison du manque de prudence en affichant une photo de nous sur les réseaux sociaux.

Avec la montée des autoportraits, des autoportraits pris avec une caméra de téléphone portable, des centaines de milliers de photos circulent sur Facebook et Twitter, certaines très intimes ou avec des poses délibérées qui peuvent attirer ce type de personnes, et donc commencer avec la surveillance de notre personne.

Heureusement, cela peut être évité, à condition de changer certaines habitudes et de suivre certains des conseils ci-dessous :

Ne publiez jamais vos coordonnées bancaires ou de carte de crédit. Aucune donnée sur l’endroit où nous vivons ou où nous travaillons.
Avant d’afficher une photo sur un réseau social, examinez-la attentivement pour vous assurer qu’elle ne contient aucun élément permettant d’identifier où nous sommes ou d’autres données personnelles. Évidemment, il ne faut pas non plus laisser le système y ajouter automatiquement l’emplacement.
Examinez bien les permissions dont disposent nos contacts pour accéder aux informations publiées sur les réseaux sociaux.
Dans le cas où nous sommes confrontés à la situation certaine ou la suspicion que nous sommes victimes d’un harceleur, nous devons prendre en compte une série de lignes directrices pour agir contre le harceleur et ainsi contrecarrer leurs plans.

  • Refuser catégoriquement les propositions d’interaction réelle ou virtuelle du harceleur.
  • Ne répondez pas aux messages que vous pouvez nous envoyer en privé, et évitez de répondre aux commentaires que vous pouvez poster sur notre profil, et si nous le faisons, nous vous recommandons de répondre par de courts messages. De cette façon, nous en diminuons l’importance, car ce qu’il essaie de faire, c’est d’attirer notre attention.
  • Évitez toujours d’affronter le harceleur.
  • Dans la mesure du possible, il est recommandé qu’en présence d’un harceleur au sein des réseaux sociaux, nous ayons recours au blocage.
  • Il est également conseillé de parler de notre expérience à d’autres personnes, car non seulement nous pouvons recevoir de très bons conseils, mais nous alerterons également le reste des utilisateurs pour qu’ils prennent soin du harceleur en question.
  • Il est extrêmement important de sauvegarder tous les textes, images, vidéos et autres que nous avons reçus de la personne qui nous harcèle, car tout cela servira de preuve au cas où nous voudrions faire une plainte.