Partir d’un opérateur – Une odyssée pour les consommateurs

Les problèmes sont toujours les mêmes : facturation, haute, basse et portabilité. Il est incompréhensible de voir combien d’entreprises investissent beaucoup de ressources et d’efforts pour attirer de nouveaux clients, tout en utilisant des pratiques qui leur donnent des raisons de finir par détester les entreprises elles-mêmes. C’est un sentiment de frustration que de nombreux consommateurs expriment lorsqu’ils sont confrontés aux obstacles et aux difficultés qu’ils rencontrent lorsqu’ils essaient de mettre fin à un service contractuel. Cette situation est particulièrement fréquente chez les compagnies de téléphone et les opérateurs de téléphonie mobile.

Pourquoi cela est si compliqué de résilier un abonnement téléphonique ?

Et ce n’est pas une mince affaire. L’Union des consommateurs d’Espagne elle-même a dénoncé à plusieurs reprises que les deux organismes auxquels les utilisateurs peuvent s’adresser pour résoudre leurs problèmes avec les opérateurs de télécommunications sont effondrés et ne traitent pas les plaintes dirigées contre le secteur. L’écu lui-même a été clair sur ce point, déclarant que « le grand nombre de plaintes formulées donne l’impression que les opérateurs ne respectent pas leurs clients ».

« Les problèmes sont toujours les mêmes : facturation, haute, basse et portabilité. » Il est évident que les clients sont sans défense contre de telles pratiques lorsque, même après la permanence juridique de leurs contrats, ils se retrouvent devant une forêt dense d’obstacles et de ruses pour traiter un simple licenciement.

Il y a quelques jours, l’association de consommateurs Facua a également dénoncé Vodafone qui menace aujourd’hui de pénalités allant jusqu’à 726 euros les utilisateurs qui se désabonnent de son forfait ADSL, fixe et mobile tout en un. L’association s’est adressée à l’entreprise pour lui demander instamment de cesser de se livrer à cette pratique illégale. L’association a également fait la même association avec Telefónica devant les autorités de protection des consommateurs pour avoir pénalisé les utilisateurs de ses services groupés Movistar Fusión de 230 euros.

Il est clair qu’aucune des entreprises du secteur ne semble être exemptée de l’utilisation de ce type de pratiques. Tout cela sans compter le harcèlement que certaines de ces entreprises exercent sur les utilisateurs avec des appels incessants et répétés à tout moment de la journée comme nous l’avons commenté sur le fameux cas du 1444 Vodafone ou comment faire chier les clients et foutre en l’air la réputation de la marque.

Et je peux certifier cette réalité parce qu’en tant que client et consommateur, j’ai été le protagoniste de certains de ces abus. Le dernier d’entre eux, après mon intention de traiter l’annulation d’une carte internet mobile Vodafone que j’ai acquise il y a quelques années parce que c’était un service sans aucun engagement de permanence, mais au moment de traiter l’annulation, malgré l’envoi du fax demandé qui comprenait également imprimé mon D.N.I. Il semble qu’il n’aurait pas dû suffire pour atteindre cet objectif d’augmenter le nombre d’appels et de plaintes pour cette raison, mais de renvoyer l’incident à un service de recouvrement ou à un cabinet d’avocats qui m’a demandé d’accumuler les paiements en souffrance après la demande de libération et qui n’a pas encore été traité.

Un peu plus de 37 euros que ma banque a refusé de payer sur demande expresse et que, bien sûr, je ne suis pas disposé à payer non plus. Cependant, ce problème semble être courant et habituel. En surfant sur le net, on peut trouver d’innombrables messages, plaintes et articles à ce sujet, impossible de se désabonner avec Vodafone ?

Bien sûr, malgré les recommandations, je n’ai pas eu recours à Bureaufax pour demander mon annulation, je n’ai pas eu recours à un bureau de consommateurs et je n’ai pas déposé de plainte à cet égard. J’ai simplement choisi d’attester de mon témoignage qui est aussi la réalité de nombreux autres utilisateurs et consommateurs. Et compte tenu des répercussions, ils auraient été moins chers et auraient mieux servi un client avec l’attention qu’il mérite.

Noter cet article