4 métiers du digital à pratiquer en freelance

0
4 métiers du digital à pratiquer en freelance

Le web est devenu un territoire de tous les possibles. En cela, il a favorisé la floraison d’un écosystème productif, prolifique et atypique. Notamment en matière de compétences, de profils de fonctions, et des offres. Ainsi l’on assiste à une émergence de différentes professions qui n’auraient pas pu être envisagées autrefois. L’explosion exponentielle du digital ouvre donc à un éventail de possibilités qui permettent de gagner sa vie depuis chez soi. Voici sept métiers prometteurs qui offrent des débouchés pour les diplômés aptes à s’adapter aux évolutions futures.

Les meilleurs métiers pour un Freelance Digital

Graphiste web

Il est considéré comme étant un spécialiste de la communication visuelle. Le ou la graphiste web a pour rôle de concevoir l’identité d’une entreprise comme d’un particulier. Il lui revient aussi de créer son univers graphique. Son champ d’action varie en fonction du besoin de son client. Il peut passer de la conception d’un site internet à celle d’une application mobile.

Son sens de l’écoute et de la communication lui permettent de traiter les commandes qu’il reçoit avec créativité. Il n’hésite donc pas à faire preuve de curiosité pour comprendre, assimiler et traduire de manière originale la demande à exécuter.

Le graphiste web a donc pour principe de fournir des réponses visuelles qui tiennent compte du briefing effectué préalablement avec ses clients. Dans son processus, il œuvre à positionner la marque, l’entreprise ou le particulier qui le sollicite, sur un univers visuel propre à lui.

Au-delà, il est aussi spécialisé dans le développement de solutions de communication numérique. Il est de fait capable pour un site internet, de concevoir l’interface, l’architecture, l’organisation des pages et la navigation. Il le fait en prenant en compte des contraintes spécifiques comme l’ergonomie, l’accessibilité, la fluidité, etc. Afin de se renouveler constamment, il reste attentif aux nouvelles tendances graphiques de son milieu. Ainsi, il sait mêler son style créatif à l’identité visuelle de chacun de ses commanditaires.

Pour devenir un graphiste web dont les compétences seront régulièrement sollicitées par des clients de prestance, il est recommandé de se former convenablement. Cela permet de faciliter une transition efficace entre l’enseignement et les besoins sur le terrain qui s’adaptent de plus en plus au digital. D’ailleurs, de nombreuses écoles comme l’ESCEN anticipent sur le temps et se proposent aujourd’hui de préparer leurs étudiants aux métiers d’avenir.

Développeur web

C’est avant tout un professionnel des langages informatiques. Le développeur web est chargé de faire exister, de rendre réel et effectif l’ensemble des fonctionnalités d’un site internet ou d’une application. Dans ce sens, il s’évertue à analyser les besoins de son client en se basant sur un cahier des charges qui lui est confié. Ainsi, il est capable de proposer une solution sur-mesure.

Shutterstock, Inc

Il faut savoir que le langage du développeur web est totalement différent de celui que nous employons au quotidien. En effet, son langage fondamental est celui des ordinateurs. Pendant que nous traduisons nos idées comme nos réflexions en mots, lui les interprète en plusieurs centaines de lignes de codes afin que l’ordinateur comprenne.

Il s’agit donc d’un travail qui exige aussi bien de la rigueur qu’une certaine concentration. D’autant plus que toute erreur aussi moindre soit-elle, peut engendrer d’innombrables bugs très contraignants à corriger.

Après donc qu’il se soit familiarisé aux attentes du client et pour faire suite aux premières implémentations techniques, le développeur web procède ensuite à des phases d’essai. Cela lui permet de tester les fonctionnalités mises en place. Mais aussi d’identifier les possibles failles qui ont pu se glisser dans son travail d’élaboration.

Ce n’est qu’ensuite qu’il passe à la phase de livraison, qui ne se déroule pas sans éclaircissement sur les fonctions et le fonctionnement du produit livré. Bien qu’il soit expert en informatique, il tâchera de simplifier la compréhension et le rapport à son produit fini. Généralement, il rédige des notices techniques d’installation et des guides destinés aux utilisateurs. Il pourrait aussi participer à la formation de son client et même apporter un soutien technique.

Quand son travail est fait de manière personnalisée, il apporte au fur et à mesure les corrections qui s’imposent en fonction des préoccupations qui lui parviennent.

Community manager

C’est aujourd’hui l’un des métiers du web les plus sollicités. Notamment parce que le rôle du community manager est devenu crucial. Il représente donc un atout précieux à avoir. En effet, il contribue à gérer, développer et accroître l’image d’une organisation, d’une entreprise, d’une association, ou d’une personnalité sur la toile. Parfois, il peut être sollicité pour mener des opérations d’assainissement et de rebranding. Généralement, ses actions s’effectuent par le biais des réseaux sociaux. Sur ces plateformes, il s’évertue notamment à constituer et animer des communautés avec lesquelles il crée des interactions.

Fidéliser les internautes est justement l’une de ses tâches les plus fondamentales. Ainsi, réussir à identifier le public cible idéal de ses clients lui permet de s’y atteler. Ensuite, il s’agit pour lui de les fédérer autour de sujets communs proches de l’activité de l’organisation, l’entreprise, l’association, ou la personnalité qu’il représente. Dans ce processus, il doit veiller à ce que les échanges restent dynamiques, conviviaux, subtils, et actifs en permanence. Il n’hésite de fait pas à organiser des opérations spéciales (concours, challenges, etc.), pour les faire interagir et réagir. Fondamentalement, il est censé être doué en maniement de mots, car il sera appelé à participer à la rédaction de contenus.

Même s’il n’est pas vu de manière apparente, on peut le considérer comme étant l’ambassadeur de ses clients. Il les représente partout où cela peut être nécessaire sur le web : sites, blogs, réseaux sociaux, forums et autres plateformes externes. Il se rend donc disponible pour être le porte-parole virtuel de ceux qu’ils représentent. Soit en participant au dialogue avec les internautes, soit en modérant efficacement les discussions.

Il pense et pose des actions web destinées à rendre visibles ses clients, en respectant la ligne éditoriale et la politique de chacun. Toujours à la pointe des nouvelles technologies, il dispose de rudiments et d’outils nécessaires pour analyser les indicateurs de satisfaction et d’insatisfaction des internautes. Il s’y appuie pour affiner son ciblage, ses choix communicationnels. Stratégiquement, il n’hésite pas à relayer auprès de sa direction les contributions, avis, remarques et suggestions des membres de la communauté.

Youtubeur

C’est l’un des métiers les plus composites de la sphère digitale. À tel point que sa rapide métamorphose pousse ses professionnels en la matière à se diversifier.

Avant tout, il convient de préciser qu’il ne suffit pas de diffuser des vidéos sur sa chaîne YouTube pour être considéré comme étant un YouTubeur. La démarche est plus dense. D’autant plus qu’elle fluctue entre l’écriture des scénarios, l’enregistrement des vidéos (le plus souvent face à la caméra), le montage, la publication des vidéos sur YouTube ou encore la promotion de celles-ci sur les différents réseaux sociaux (Twitter, Instagram, Snapchat, Facebook…).

De plus, les activités dans lesquelles sont impliqués les Youtubeurs varient également en fonction de leur spécialité. Il est possible d’en trouver qui s’oriente vers le gaming, ou vers l’humour, la science, l’actualité, la beauté, le tourisme, la critique musicale, etc. Ce qui les pousse à effectuer un travail de recherche, de préparation, des expérimentations qui permettent d’illustrer leurs propos, des voyages et autres. Ce n’est qu’ainsi qu’ils parviennent à alimenter leur chaîne de contenus qualitatifs, utilitaristes et attachants.

Alors qu’au début, la plupart se contentaient du strict minimum en raison de leurs moyens limités, les YouTubeurs qui se sont professionnalisés en la matière s’équipent. Plus loin, ils font preuve de polyvalence afin d’être autonomes et productifs. Ainsi, ils peuvent endosser plusieurs responsabilités à la fois : auteur(e), producteur(trice), cadreur(euse), acteur(trice), etc.

Généralement, l’évolution professionnelle et la rentabilité d’un youtubeur dépendent souvent de la notoriété qu’il aura. Ainsi, il s’assure ses revenus, en faisant appel à la publicité, au placement de produits et aux partenariats avec des marques. À défaut, il est également en mesure de créer sa propre marque, et de se servir de la fidélisation de sa communauté pour la marqueter.

Source : https://jeunes.gouv.fr/Le-Portail-des-metiers-de-l

Voir l'actualité :

Aucun article à afficher