Le déclin de la presse en France : de moins en moins de médias et de plus en plus de  » silence  » chaque jour

Au fur et à mesure que les tirages diminuent et que les médias papier perdent de la publicité, ils deviennent de plus en plus dépendants des aides publiques.

Le déclin de la presse en Europe et en France

La presse écrite est en crise depuis longtemps. Il n’y en a pas peu qui blâment l’Internet pour la crise dans laquelle il se trouve plongé, bien que la vérité soit que des études ont montré que le réseau n’est qu’un chapitre final d’un problème qui revient beaucoup plus loin. Au cours du XXe siècle, l’apparition de nouveaux moyens de communication s’est succédée, des moyens plus rapides et plus attractifs, qui ont progressivement remplacé les journaux.

Mais ces dernières années, les choses ont empiré. La crise dans laquelle la presse était plongée s’est aggravée sous l’effet de la crise économique. Les journaux ont réduit le tirage et le nombre de pages, maintenu d’abord et ensuite augmenté les prix du nombre, se sont mis sur la défensive contre l’Internet au lieu de réfléchir à ce que cela impliquait (et peut-être le meilleur exemple en est le canon espagnol AEDE) et ont renvoyé et/ou précarisé leurs journalistes. Tout cela a fait perdre de la qualité à leurs journaux et les lecteurs les trouvent moins attrayants.

Les journaux s’enfoncent dans leurs propres problèmes. En fait, il suffit d’acheter un journal le dimanche, surtout si on n’en a pas acheté depuis longtemps, pour comprendre l’état des choses. Le nombre de pages sera beaucoup plus bas, le prix sera beaucoup plus élevé et le contenu ne sera pas nécessairement de haute qualité non plus. Il n’est pas surprenant de découvrir que le tirage des journaux en Espagne n’a jamais été aussi bas. Ce que les quatre principaux généralistes de Madrid distribuent actuellement est légèrement inférieur à ce que le plus important distribué en termes de circulation des quatre il ya 10 ans.

Et si le tirage diminue (tout comme la vente directe de numéros) et si les recettes publicitaires font de même (les chiffres montrent une chute), les médias doivent trouver d’autres sources de revenus.

Les supports papier ne trouvent pas leur place

Internet pourrait être une alternative à la chute de la presse papier, mais on peut se demander si les médias traditionnels comprennent vraiment comment fonctionne le format. D’une certaine façon, ils ont essayé de transplanter ce qui se passe sur papier dans ce qui se passe en ligne (bien que cela ne fonctionne pas exactement de cette façon). Les modèles d’abonnement que les médias ont toujours mis en place n’ont pas non plus particulièrement bien fonctionné (et il est souvent surprenant de découvrir comment et ce qu’ils essaient de faire payer).

Si la publicité de toujours ne fonctionne pas et dans Internet encore ils n’ont pas réussi à trouver leur place, que reste-t-il alors ?

Les lecteurs semblent avoir une idée assez claire lorsqu’ils analysent et critiquent la couverture médiatique de l’actualité dans les médias imprimés. Il suffit de regarder les commentaires qu’ils publient en ligne (et même la couverture de certains sujets) pour le voir. Les médias dépendent de plus en plus de leurs grands annonceurs, des marques et des entreprises qui ont un poids décisif dans leurs comptes, ainsi que de la publicité institutionnelle et des campagnes de subventions.

Le poids de la subvention publique

Ce dernier point est clairement visible si l’on analyse le poids des subventions au contenu culturel dans le panorama de la presse écrite de certaines communautés autonomes (et si l’on surveille ensuite ce que les médias bénéficiaires de la même publication publient). Dans les manchettes beaucoup plus locales, la dépendance à l’égard de l’aide publique est clairement visible lorsque le parti change au bureau du maire. S’ils dépendaient trop de l’aide que leur apportait l’équipe gouvernementale précédente, ils se lanceraient très probablement dans une guerre médiatique contre la nouvelle équipe.

En France, le fait que la presse écrite ait un problème de dépendance à l’égard des subventions et des campagnes publiques est un problème tellement évident que même le New York Times lui avait consacré une analyse (une analyse, soit dit en passant, qui a poussé les médias à se mettre sur la défensive au lieu d’examiner leur conscience).

Une étude du magazine Telos souligne que dans la presse régionale, les titres peuvent accéder à des aides culturelles ou linguistiques, mais les critères sont flous et on ne sait pas s’ils encouragent réellement ces contenus ou s’ils sont directement un ballon à oxygène pour que ces médias survivent. Mais les données les plus claires pour comprendre cette dépendance croissante sont peut-être les données sur les investissements des organismes publics en temps de crise dans les médias. Le marché publicitaire s’effondrait. L’aide ne l’a pas fait.

L’information est biaisée

Et tout cela a un impact direct sur la façon dont il est rapporté. Comme le dit la sagesse populaire : on ne mord pas la main qui nourrit. Que ce soit consciemment ou inconsciemment, nous finissons par modérer comment et ce qui est publié. Si l’on ajoute à cela le fait que la crise a eu un impact sur la main-d’œuvre (qui a moins de temps et peut travailler moins en profondeur), on peut mieux comprendre le panorama final. Rendre l’information de qualité est plus difficile et que ce n’est pas beaucoup plus compliqué.

Il suffit de regarder d’où viennent les grands scandales politiques de ces derniers temps pour s’en rendre compte. Les grandes exclusives commencent à être dans le numérique.

Le saut sur Internet

Le sato Internet des médias espagnols a été presque forcé après des années et des années d’insécurité et d’incertitude. Cependant, les modèles d’affaires en ligne sont très éloignés des modèles traditionnels pour survivre et proliférer dans la nouvelle ère numérique sans avoir recours aux faveurs institutionnelles. La liberté de la presse est beaucoup plus difficile à maintenir. Surtout, l’Internet peut être un indicateur de la vraie réalité des médias, révélant même la honte de beaucoup de grands journaux. En fait, certains grands médias espagnols tomberaient au fond du même gouffre si leurs éditions papier cessaient d’exister du jour au lendemain. D’autres, cependant, et contre toute attente, ont gagné la confiance de nouveaux publics numériques en devenant des exemples de réussite. La clé, sans aucun doute, est la forte conviction d’un journalisme de qualité, transparent et non soumis aux intérêts d’entités politiques ou institutionnelles. Ignacio Escolar lui-même, journaliste et fondateur de Diario.es, explique dans une vidéo intéressante, son modèle économique, ses comptes et la philosophie de sa tête.

Internet et les médias pour désinformer

Cependant, Internet n’a pas été à l’abri des problèmes du monde réel et de la presse écrite traditionnelle désuète. Au cours des dernières années, des « têtes de médias et de fantômes » aux teintes idéologiques extrêmes sont apparues de nulle part, dans le seul but de désinformer et de devenir des outils de propagande. C’est une chose logique à attendre, afin d’atteindre les publics les plus jeunes, car ce sont eux qui n’ont pas consommé la presse traditionnelle depuis des années et pour qui Internet est leur moyen d’information habituel.

Internet est un bombardier de nouvelles et d’informations quotidiennes. Minute par minute et presque en temps réel, internet offre la possibilité de donner à l’information un plus d’instantanéité. Mais aussi un médium, où malgré le grand volume d’informations, il est encore difficile de différencier les mensonges de la vérité. C’est un fait que la presse traditionnelle vit son agonie et ses derniers jours de gloire, mais attention, ceux qui ne respectent pas cette profession et ceux qui n’ont l’intention que de se vendre au plus offrant, ont également décidé de s’installer dans ce nouvel environnement numérique.

Noter cet article